Visite Bosphorus: L'expérience !

T'as pris une Ride ? Prends donc une crash !!

Re: Visite Bosphorus: L'expérience !

Message par Dream Drummer » Sam 23 Avr 2011, 10:07

mr tolmachov a écrit :rendez vous pris pour le 3 mai, pareil, petite visite, tatage de galettes, et retour en france le lendemain !!

Ça tombe bien c'est mon anniv ce jour-là, tu vas bien me ramener une sacoche de galettes en cadeau. :mrgreen:

Profite bien. :wink:
Avatar de l’utilisateur
Dream Drummer
En plein solo
 
Message(s) : 1470
Inscription : Ven 12 Mai 2006, 20:33
Localisation : Clermont-Ferrand (63)
Matos: www.ladrummerie.com/viewtopic.php?f=73&t=35958

Re: Visite Bosphorus: L'expérience !

Message par mr tolmachov » Dim 24 Avr 2011, 11:03

héhé :D

si c'est la sacoche que tu veux c'est possible... :wink:

allé j'vais faire mon sac, décollage demain 6h 8)



hé bien voilà !! en effet, sacrée expérience....sensiblement la même visite, avec le topo sur l'histoire de la cymbale, etc...Emrah est vraiment un mec super !
j'en profite pour apporter quelques photos en plus et quelques précisions !

Une fois le métal fondu, les feuilles sont pressées, cuites au four, pressées... 7 fois de suite.

Image
Image


Emrah nous explique et nous montre que après les cuissons et pressages, le métal est cassant. Il faut le plonger dans l'eau froide pour qu'il trouve une structure solide.

Image


a ce stade, les galettes sont comme du verre, ça casse net ( démonstration devant nous avec des rebus)d’après ce que j'ai compris, c'est a cause du carbone présent dans l'alliage de fonte (cuivre+étain+charbon).l'histoire avec la flotte, c'est qu'une fois la cloche pressée, ils repasses les galettes au four, et les trempent ensuite dans un bac d'eau.
Etape cruciale apparemment, car c'est a ce moment que le carbone est extrait de l'alliage et que celui ci se combine avec les minéraux et autres éléments présents dans cette fameuse eau. Emrah dis que les autres marques ajoutent des produits mais que eux n'ont pas besoin, car cette eau viens du lac magique non loin de là...en tout cas une fois trempées, le métal deviens souple et peut commencer a être travaillé.

Image

voilà pour le complément de visite...passons a la suite...les essais...
c'est là que j'ai faillis perdre la boule...des centaines de cymbales dans le bureau du monsieur... :shock:

1-ne pas perdre son sang froid
2-ouvrir grand ses oreilles
3-essayer de traduire mes envies en anglais...
4- le plus dur, choisir avant de partir...

le gars a été patient, j'ai commencé a lui parler séries que j'aimerais bien essayer, il m'a dit de suite : "oublie les séries et suit ton instinct"
et il m'en a sortit quelques unes...toute plus magiques les unes que les autres...
la première demi heure fut difficile, perdus dans les harmoniques, les cloches, les touchés différents...
puis petit a petit j'ai commencé a finasser...genre : "hummm the same , but heavyier please"
et voilà, ça a duré peu être 2 heures ....je sais plus trop...j'ai dus tester peu être 10 ou 15 galettes, à devenir dingue j'vous dis !!!
j'avoue avoir vécu ce moment de manière spéciale !!!ma moitié étais là, ça l'a d’ailleurs aidé a mieux comprendre ma passion pour la ferraille martelée et a me prendre encore plus pour un martien !!

finalement, mon choix c'est arrêté sur trois modèles, deux ride et une crash(pour un pote)

une Turk 20" Thin 1900g
Image
Image


une crash Master vintage 18" 1400gr
Image
Image

et enfin , un prototype (hé oui aussi !!) de ride 22" super finaude 1740gr , genre de mix master/new orleans

Image
Image

les protos sont des cymbales réalisées a la demande de batteurs endorsés, et du coup fabriquées en deux ou trois exemplaires(handmade oblige)pour que le gars aie le choix... elle n'avais même pas de logo imprimé, j'ai dus attendre qu'il sèche !!

le tout pour la modique somme de 530 euros...sacrés taraux quand mème.

j'ai testé la turk ride en concert hier, de la pure tuerie, exactement ce que je recherchais (un peu moins de wash que ma new orleans actuelle)
pour le proto, j'ose pas encore...il faut qu'on fasse connaissance, elle très très spéciale, du genre a s'emballer pour un rien, mais une fois apprivoisée.....ça va barder...

voilà en espérant ne pas avoir été trop long...mais j'ai besoin de partager, j'en suis encore tout martelé :wink:
Avatar de l’utilisateur
mr tolmachov
Monte son kit
 
Message(s) : 44
Inscription : Ven 22 Fév 2008, 14:19

Re: Visite Bosphorus: L'expérience !

Message par killer_pingoui » Dim 8 Mai 2011, 14:40

Super :P !
Tes photos sont mieux ca aide bien à comprendre. Lors de ma visite les fours et machines ne tournaient pas ( ca doit dépendre des jours !).
Exactement les mêmes phrases avec Emrah :D ! "This one has too much wash" :nop:
Moi aussi ma moitié était là c'est bien pour elles aussi :)
killer_pingoui
Sound check...
 
Message(s) : 171
Inscription : Ven 10 Nov 2006, 23:27

Re: Visite Bosphorus: L'expérience !

Message par J4ZZ » Lun 9 Mai 2011, 09:08

:nop: Non non, çà me donne pas envie du tout... :oops: :evil:
Bon ben bravo pour vos périples, les gars. Vous avez dû vous régaler.
Avatar de l’utilisateur
J4ZZ
Bop Admin
 
Message(s) : 2077
Inscription : Dim 5 Juil 2009, 18:27
Localisation : Aix
Matos: oui

Re: Visite Bosphorus: L'expérience !

Message par John Steed » Lun 9 Mai 2011, 19:32

Vraiment une très belle expérience . C'est dur de ne pas craquer quand on est sur place !!! :wink:
Avatar de l’utilisateur
John Steed
En plein show
 
Message(s) : 786
Inscription : Jeu 21 Mai 2009, 09:29

Re: Visite Bosphorus: L'expérience !

Message par Local_Hero » Mar 10 Mai 2011, 16:54

Très bon en effet, par contre le dernier "prototype", ressemble furieusement à prototype de concurrence de Ia serie empire chez Agop... :| Enfin l'important c'est qu'elle sonne... :cocktail:
Avatar de l’utilisateur
Local_Hero
Ouane, tou, fri, fore !
 
Message(s) : 302
Inscription : Sam 16 Jan 2010, 16:09

Re: Visite Bosphorus: L'expérience !

Message par Kapout » Mar 10 Mai 2011, 16:58

Hein ? Le dessus ressemble peut-être aux empire (chez Mehmet aussi, d'ailleurs), mais t'as du mal lire le poids, car les Empire sont des cymbales relativement conséquentes niveau poids, rien à voir donc je pense
Avatar de l’utilisateur
Kapout
En plein show
 
Message(s) : 917
Inscription : Lun 16 Mars 2009, 19:26
Localisation : Nancy
Matos: Tamburo Formula / Pearl World, cymbales Istanbul / Zildjian, caisse S Class ou Dennis Chambers.

Re: Visite Bosphorus: L'expérience !

Message par mr tolmachov » Mar 10 Mai 2011, 19:10

humm je ne connais pas bien les agop empire, mais en effet de ce que j'ai vu elles sont épaisses...

là, ça washh sévère, tellement fine qu'elle tremble a la moindre contrariété.

j'en conviens, le ping est bien caché par toute les harmoniques développées....

Après, proto ou pas...c'est pas bien grave, j'aurais bien acheté toutes celles que j'ai testé si j'avais eu les moyens :twisted:

ce qui m'a décidé a la prendre est que ce genre de truc me paraissais dur a trouver chez nous,comparé d'autre modèles et comme je vais pas chez Bospho tout les jours...j'ai dis banco ! ringo ! twingo !
Avatar de l’utilisateur
mr tolmachov
Monte son kit
 
Message(s) : 44
Inscription : Ven 22 Fév 2008, 14:19

Re: Visite Bosphorus: L'expérience !

Message par Sebass » Mar 10 Mai 2011, 19:23

Désolé si j'ai loupé cette question-réponse mais pour le passage en douane lors du retour sur le térritoire français...?
Tu déclares les galettes ou tu tentes le passage en mode camouflé ?
Avatar de l’utilisateur
Sebass
À l'hôtel avec les fans
 
Message(s) : 3566
Inscription : Ven 24 Fév 2006, 11:40
Localisation : Strasbourg
Matos: SONOR SQ² Maple - ISTANBUL Mehmet - ROLAND TD-12K
Caisses claires : SONOR SQ² Beech Heavy - CRAVIOTTO Walnut / Birdseye Maple / Ash / Maple - DW Cast Bronze

Re: Visite Bosphorus: L'expérience !

Message par mr tolmachov » Mar 10 Mai 2011, 19:55

Sebass a écrit :Tu déclares les galettes ou tu tentes le passage en mode camouflé ?



a prioris, j'aurais du déclarer, il me semble avoir lu dans le routard qu'a partir de 450 euros, il fallais payer TVA et taxe douanière, mais, comme pingoui, je n'ai vu personne a l’aéroport, et, bon,je suis passé sans trainer devant le bureau des douaniers...♪♫♪♫♫♫♪♪ :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
mr tolmachov
Monte son kit
 
Message(s) : 44
Inscription : Ven 22 Fév 2008, 14:19

Re: Visite Bosphorus: L'expérience !

Message par Sebass » Mer 11 Mai 2011, 07:36

Ok merci pour ta réponse. :wink:
Avatar de l’utilisateur
Sebass
À l'hôtel avec les fans
 
Message(s) : 3566
Inscription : Ven 24 Fév 2006, 11:40
Localisation : Strasbourg
Matos: SONOR SQ² Maple - ISTANBUL Mehmet - ROLAND TD-12K
Caisses claires : SONOR SQ² Beech Heavy - CRAVIOTTO Walnut / Birdseye Maple / Ash / Maple - DW Cast Bronze

Re: Visite Bosphorus: L'expérience !

Message par So What ? » Mer 9 Mai 2012, 00:49

Bonjour à tous.

Comme les collègues qui m'ont précédé (merci à eux pour les précieuses infos), j'ai eu le bonheur d'aller à la fabrique de mes cymbales favorites, les Bosphorus, le 4 mai 2012. Nous sommes rentrés tout à l'heure!
En avant propos, je tiens par avance à m'excuser des redites éventuelles mais il serait fastidieux de retrancher de mon récit ce qui a déjà été dit, et même bien dit.

Ce voyage au pays des cymbales était un cadeau de mes amis et de ma Chérie pour mes 40 ans (merci à la puissance 1000!). Nous avons mis plus d'un an et demi avec ma compagne à concrétiser le projet en profitant d'une opportunité sur voyage-prive.com (pub désintéressée : je recommande ce site qui nous permet depuis 2 ans de trouver des lieux de vacances en prestations "luxe" à prix cassé)

J'avais, en lisant soigneusement les messages précédents, pris le soin d'écrire très tôt à Emrah, le responsable des ventes internationales (et fluent in english...), qui est absolument parfait, à l'image de l'accueil turc en général, et avait programmé notre venue en gérant notamment notre trajet de l'aéroport à la fabrique. Malheureusement, Emrah m'enverra un mail la veille de notre départ : un empêchement personnel de dernière minute ne lui permettra pas d'être présent à la fabrique.

Arrivée à midi à l'aéroport Atatürk : on fonce faire du change (conseil : ne le faites surtout pas au bureau de change du terminal international qui prend une commission de 4%) ce qui s'avèrera inutile (voir plus loin).
L'envoyé de Emrah, Ismail, nous attend comme convenu à la porte de sortie de l'aéroport. nous échangeons quelques mots sur le foot, la turquie pendant les 25 minutes de trajet en voiture qui nous séparent de notre destination.

Après un trajet de voie rapide, nous empruntons des liaisons qui feraient penser à des chemins vicinaux mais retombent sur une bretelle d'autoroute. J'ai un peu le sens de l'orientation, mais je m'y perds... je comprends quand même que notre chauffeur prend à chaque fois des voies qui évitent les tronçons les plus embouteillés (l'automobile à Istanbul est un des premiers sujets d'étonnement pour nous, qui venons pourtant de Marseille, par le nombre, la conduite "sport" et l'engorgement mais...ce n'est pas le sujet!).
Nous finissons par quitter une voie assez roulante pour emprunter ce que je croyais être un bas-côté, mais non : c'est une petite rue de village que nous empruntons. Constructions très modestes, poules, une petite mosquée et voilà que nous nous garons le long d'un bâtiment plutôt défraîchi mais portant le fameux nom sur son fronton....

Nous croisons Hasan Ozdemir (les trois patrons s'appellent Hasan, Hasan et Ibrahim) qui nous salue et nous présente Fatos, la fille de Hasan Seker, nouvelle recrue, qui va nous guider pendant notre visite et assurer la traduction en l'absence d'Emrah. Hasan Seker nous accueille à son tour très chaleureusement.


On entame la visite en pénétrant dans l'atelier. Il doit mesurer au total 120 m2, en 3 gros espaces dont une pièce de la taille d'un salon est partagée par les marteleurs l'opérateur chargé du tournage (ciselage-rainurage) des cymbales.

Image

Un petit couloir aveugle sert à la sérigraphie des logos et à la préparation des colis d'export.

Image

Hasan poursuit avec l'exposé du process, fusion, laminage (avec des machines qui pourraient dater du début du siècle).
Hasan m'explique avec l'aide de sa fille (pour l'anglais) que l'on ajoute un peu d'or dans l'alliage, mais que c'est la qualité du cuivre qui est fondamentale : ici ils ont l'apparence de gros câbles électriques multibrins de 8 cm de diamètre environ. Cela convainc tout à fait ma nature pratico-pragmatique, et Hasan ne réitère pas le discours tenu habituellement sur les vertus de l'eau locale et ses micro particules métalliques et magiques.
Je réprime des pensées inavouables relatives au destin possible des câbles dérobés à la SNCF ou à aux machines de carrières et je me dirige avec Hasan vers le four tout craquelé qui est encore chaud : ils ont réalisé fusion et laminages la veille et le font seulement une fois par semaine. Le reste de la semaine semble donc consacré au découpage, martelage, ciselage etc.
Même en étant prévenu et en ayant visionné les films et images de l'atelier sur le net, le choc culturel relatif aux conditions de travail est renforcé par les impressions olfactives et auditives.

Image

Image

Image

(parenthèse décodage : sur ces photos, ce qui attire le regard des ouvriers et les détourne de leur tâche, c'est la blonde beauté qui m'accompagne qui me fait l'honneur de partager ma vie et qui, bien que vêtue très sagement semblait tout à fait au goût de ces messieurs, probablement plus habitués aux nuances de brunes, celles qui ne comptent pas que pour des prunes, admettons le.)



Oui, il faut faire attention à l'endroit où l'on met les pieds, à ses déplacements et on se croirait plutôt sur un chantier (ça me parle en tant que fils de maçon) que dans une petite usine. Par ailleurs, mis à part des boules quiès, les ouvriers ne portent pas de protection. Or, les encres de sérigraphie vous décapent les sinus, le feu est au charbon, les paillettes de métaux ne demandent qu'à sauter aux yeux....
Image

......et le tintement de 8 marteaux sur autant de galettes de bronze est assez opposé à l'effleurement d'un balai sur une ride cloutée. Et tout cela, les ouvriers le vivent pendant de nombreuses heures, quand nous avons presque physiquement du mal à l'endurer quelques minutes.

Petites natures que nous sommes,nous en serons quittes pour un mal de tête que nous associerons à l'odeur de l'encre...

Et une petite photo avec Hasan devant le tas de galettes brutes qui forment le matériau de base prêt à être façonné :

Image

Nous clôturons la visite de la fabrique à proprement parler, passons dans un petit jardin où la vigne vierge en pergola protège déjà quelques chaises des morsures du soleil de mai et suggère qu'il fera une température redoutable dans quelques semaines.

Nous pénétrons dans le deuxième bâtiment, composé de deux pièces : la salle des cymbales à proprement parler, et un bureau à 3 postes de travail dans lequel nous prenons place autour dune table basse agrémentée de pâtisseries, magazines de batterie anglophones (dont Modern Drummer que je regrette de ne plus trouver en France).
Un autre visiteur (américain?) termine d'essayer et acheter des cymbales et Hasan nous demande de patienter un peu et nous prépare un café au lait délicieux.

Il passe le relais à Ibrahim (le 3ème boss) qui va me guider dans la séance de dégustation.
J'explique à Ibrahim ce que je cherche : Ride(s) plutôt de 22 et 20, un a priori favorable pour les modèles dessinés avec Jeff Hamilton qui est un de mes favoris et dont le poster trône sur le mur d'entrée.
Je prends place derrière une petite batterie Taye (la même que les keupains ont décrite, avec les peaux d'origine, une pédale de grosse caisse qui fait crouic et une bonne couche de poussière :lol:) où 4 stands de cymbale sans papillon attendent... Je ne change rien à la disposition, un peu en vrac et inconfortable et c'est parti.
Ibrahim commence à me poser une galette, série Hammer, qui me semble être une 20 et qui sonne déjà d'enfer. Je me dis que ça commence fort quand il en installe une deuxième "à poil" (sans inscription ni logo) sur un autre pied, puis une autre encore.

Et là, le temps, voire l'espace disparaissent. J'ai furtivement une pensée pour ma chérie, admirable, qui observe mes interrogations mystiques depuis une petite chaise et doit prendre son mal en patience. En voilà une preuve d'amour, je vous le dis!

Image

J'en mets de côté, je retiens 3 cymbales sur 6 ou 7, et Ibrahim m'apprend que deux sont... des 19", ce que je n'avais pas imaginé et qui n'était pas mon choix a priori. Je pense d'un coup à la galette philosophale de Syrian (coucou mon grand, tu as le bonjour d'Ibrahim).

Il me passe une paire de charleston Hammer de 14", pour se faire une idée du mix ride/chick au pied.
Je remise les deux 19", Ibrahim installe d'autres "Hammer", des 20", 21", des 22". Je retiens deux 22" qui sonnent assez différemment l'un de l'autre. Je les passe, repasse, je place une 22" et une 19", je change encore. Cela dure peut-être une heure, peut-être plus?

Image

Je défais ma chaînette de cou pour simuler des rivets, Ibrahim apporte des rivets qu'il fixe avec des scotchs, j'écoute et réécoute le son sec et avec rivets.
A un moment, sans trop y réfléchir, je m'aperçois qu'il y a une des deux 22" Hammer que je ne teste plus mais que je joue comme si j'étais chez moi. Je la garde, et je lui associe les deux 19" pré-retenues, pour garder finalement encore une Hammer, celle sans logo qui a aussi obtenu une moue approbatrice de Ibrahim.
On continue, Ibrahim passe encore les plats comme il le sent, installe une china qui sonne très bien mais que je rejette (j'aime pas ça), puis la nouvelle Trash Crash de Stanton Moore, une sorte de mélange entre ride/crash et china. Elle ressemble visuellement à une ride, mais avec des gros "ventres", des creux façonnés au martelage proches de la périphérie.

Image

Hasan Ozdemir est rentré et participe, il me fait essayer une crash étrange qui est courbée très régulièrement dans une seule dimension, un peu comme si on avait essayé de passer une cymbale au rouleau à pâtisserie. Elle sonne finalement assez traditionnelle...
Au tour d'Ibrahim de sortir un monstre, une ride de 29", oui 74 cm. Apparemment une demande régulière des clients d''Allemagne. Ach! Der Grösse zymbal!

Et d'une, je me dis qu'on ne peut pas tout garder non plus.... et de deux, j'ai la sensation que, comme lorsque l'on doit essayer des parfums dans une parfumerie, les capacités sensorielles et de jugement s'altèrent dans le temps et que je risque fort de ne plus distinguer une ride d'ne crash si je poursuis trop longuement l'exercice et si je m'éparpille :lol:

Tout en dégustant un thé, je me résous à prendre la décision finale pour mes deux rides quand Ibrahim pose sur le stand une sorte de master vintage, mais tournée sur sa face inférieure et sans logo, une 20". Terrible, une galette qui est si souple qu'elle danse sous les baguettes, sachant que c'est déjà une propriété commune aux bosphorus en raison de leur finesse. Mais là c'est fou. Le ping est un peu sec, mais pas au niveau d'une De Johnette tout de même, les harmoniques s'éteignent très vite sur les ping appuyés ou sur les crashs.
Obligé de la garder.
Et me voilà avec 3 cymbales idéales pour un set jazz de mon goût, un choix confirmé par ma Chérie qui trouve qu'elles se distinguent bien tout en se mêlant harmonieusement les unes aux autres :

une Hammer de 22" de 2388g, fine mais pas trop pour garder de la définition et pour bien sonner avec deux rivets,
Image
Image

une Hammer de 19" de 1280g bonne à tout faire,
Image
Image

et une proto Master vintage de 20" de 1600g pour trancher dans le ride et les accents.
Image
Image

Je demande à Ibrahim de compléter le dispositif par une charlé de 15", qui "irait bien".
On recommence le manège, avec l'aide de 3 tilters de charleston ce qui permet des comparaisons rapides. Le Master de 14" qui m'avait tenu compagnie dans ces essais ne m'avait pas convaincu en vrai, et il était sujet à l'air-lock (je n'ai pas non plus le talent de Hamilton pour m'en affranchir). Les premiers 15" Hammer ne sont pas décisifs non plus. Je sors aussi les balais pour entendre l'accord entre les fermetures, les splash au pied et le tempo aux balais.
Ibrahim ajuste et semble comprendre sans mots ce que je veux, il monte un bottom de hammer en top, et un bottom de regular... C'est mieux. Il fait encore divers mélanges et je m'arrête enfin sur une combinaison qui se révèle être un top "dark" regular de 1kg et un bottom regular de 1kg500.
Quand il explique ce qu'il fait à notre traductrice, il prononce plusieurs fois "onbesh" (cela s'écrit onbeş), et je comprends que cela veut dire "15".
Voilà mon charley baptisé.
Image
Image


On fait les additions, les tarifs sont exprimés en euros. On discute, on s'accorde, puis Ibrahim emporte avec lui les cymbales qui ne sont pas encore logotées pour la sérigraphie, ainsi que la 22" Hammer au perçage de deux trous pour la pose de rivets.

Image

Image

Image

Ibrahim en profite pour montrer qu'une main de maître comme la sienne sait tourner une cymbale en quelques secondes avec deux gouges successives.

Hasan et Ibrahim terminent avec des cadeaux : deux T-shirts, une poignée de rivets maison (quand je pense au prix facturé pour 5 rivets chez nous), un sac de cymbales, qui a une valeur de 15 euros à la vente selon eux, mais qui vaudrait bien plus dans nos magasins car c'est une modèle bien rembourré, avec séparateurs internes, poche externe et portage par sangle d'épaule ou bien avec bretelles sac à dos. Exactement le genre de modèle que je recherchais pour me déplacer facilement.
Image

Nous repartons avec Ismail pour notre hôtel en Centre ville, les yeux, les oreilles pleines d'images et de sensations uniques. Ismael se lâche un peu sur le prix demandé pour le trajet retour; 10 euros de plus que ma participation convenue, mais je ne relève pas car il a passé la demie journée avec nous et en fin de compte cela reste bien en deçà d'un trajet en taxi français (ou turc!).

Nous passons un séjour superbe à Istanbul; une ville envoûtante et étonnante à bien des points de vue, même si nous n'en avons vu qu'une infime fraction en 4 jours.
Pas de souci lors du vol de retour, pas de contrôle en douane (sans facture, je ne sais pas comment j'aurais engagé la discussion avec les douaniers...).
A la maison, ces merveilles sonnent superbement. Mais il faut se faire une idée en live, avec le groupe : premières confirmations auditives plus tard, on a une date début juin.

Amitiés à tous
Avatar de l’utilisateur
So What ?
Conseil des sages
 
Message(s) : 1344
Inscription : Jeu 1 Déc 2005, 18:31
Localisation : marseille
Matos: Gretsch USA Custom 2004 self-import et Drop G, Gary, Istanbul Mehmet, Zildjian K, BOSPHORUS, Roland TD12.

Message par Syrian » Mer 9 Mai 2012, 01:32

So What ? a écrit :...Je pense d'un coup à la galette philosophale de Syrian (coucou mon grand, tu as le bonjour d'Ibrahim).

Et quand je pense que je devais en être :evil: (Mme Syrian aussi, mais certains impromptus en ont décidé autrement)
Hello Ibrahim :wink:
Next, on y retourne ensemble mon Grand ! wesh.
et mes amitiés à mme SoOuatte


So What ? a écrit :...j'ai la sensation que, comme lorsque l'on doit essayer des parfums dans une parfumerie, les capacités sensorielles et de jugement s'altèrent dans le temps et que je risque fort de ne plus distinguer une ride d'ne crash si je poursuis trop longuement l'exercice et si je m'éparpille :lol:

Ah ça, que oui. Même avec la culture du truc, au bout d'un moment les neurones s'emmêlent au point qu'on ne sait plus laquelle est quoi, ni si celle la ? ou non celle là, est-ce que je l'ai... ah oui, si... non l'autre là... houlalala PAUSE !
Je confirme, ça m'a fait pareil chez Philippe.

Merci du debriefing !! :cocktail:
Te voici intronisé dans le cercle des privilégiés qui ont atteint l'Autre Rive
du Bosphore










'foiré




essta trouvé un tee shirt à ma taille au moins, en plus du gong de 1,50 que j'avais demandé ? euh pardon, la splash :oops:
Avatar de l’utilisateur
Syrian
On tour
 
Message(s) : 6089
Inscription : Mar 13 Fév 2007, 23:03
Localisation : Laoulà mais en forêt !
Matos: endorsé ALBA (Remco z'ont pas voulu de moi...)
cymbales ORVAL
pédales PLUVITT
baguettes MOLL

Re: Visite Bosphorus: L'expérience !

Message par pirla » Mer 9 Mai 2012, 20:56

[EDIT MODERATION] Je suis modérateur de cette section du forum et JE VOUS ORDONNE SOLENNELLEMENT de ne plus poster de tels messages, c'est totalement indécent. :twisted:

M'en fout, je retourne jouer avec mes "Solar by S."
Avatar de l’utilisateur
pirla
Conseil des sages
 
Message(s) : 2405
Inscription : Dim 13 Nov 2005, 21:49

Re: Visite Bosphorus: L'expérience !

Message par bluenote » Jeu 17 Mai 2012, 09:50

Merci So What pour ce très beau reportage. Cela fait plaisir de te relire. :D

C'est vrai que choisir ses cymbales à la source, avec un tel choix, est une sorte de rêve. Un copain à moi y été allé il y a une dizaine d'années et je lui avais d'ailleurs racheté une chouette ride master. Par contre ces photos soulèvent toujours pour moi les mêmes questions (déjà évoquées sur ce forum). Comment dans ces conditions de martelage (à plusieurs dans une même pièce) peut-on réellement contrôler la qualité sonore de la cymbale qu'on est en train de fabriquer? Les artisans "batteurs" (on peut penser aux regrettés Johan ou Spizzichino) ont une idée précise du son qu'ils souhaitent obtenir. Craig Lauritsen (du site "Cymbalutopia) retravaille ses cymbales jusqu'à ce qu'il obtienne le son désiré et recherché et il est lui-même batteur chevronné (j'économise d'ailleurs actuellement pour lui acheter une ride). C'est vrai que là, mais je me trompe sans doute, ça a l'air d'être un peu "au petit bonheur la chance"!!
Par ailleurs, je ne comprends pas non plus le prix assez vertigineux des cymbales Bosphorus en France (pour info, 720 euros une master de 22", 770 euros une hammer original de 22", prix Baguetterie). A ce prix, on peut espérer que les ouvriers évoqués plus haut sont convenablement payés!!!

Ceci étant dit, j'aimerais moi aussi avoir l'occasion un jour de visiter une de ces grandes fabriques turques.
Avatar de l’utilisateur
bluenote
Sound check...
 
Message(s) : 176
Inscription : Sam 3 Avr 2010, 15:56
Localisation : Bordeaux
Matos: Gretsch, Istanbul, Craig Lauritsen, Sonor

PrécédentSuivant

Retour vers Cymbales

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité